Bernard Nilles

Bernard Nilles, est originaire de lorraine. Ses ascendants étaient enracinés dans la région de Thionville, déjà bien avant la révolution française. Pour un point d’histoire, ses parents vécurent dans l’ancienne demeure bourgeoise du père d’Adélaïde Déchaux, laquelle épousa à seize ans, le fougueux général de vingt-cinq ans, Lazare Hoche. Commandant l’armée de Moselle, au seuil de la gloire, il fut emporté par la maladie quatre ans plus tard. Une fille Jenny naquit de cette union. Sa jeune veuve, lui voua toute sa vie, un culte d’amour éternel dont Lamartine s’inspira dans ses œuvres poétiques et littéraires.

Près de cent soixante ans plus tard, naissait Bernard, conçu dans la même chambre d’amour du couple mythique de l’époque révolutionnaire. Sa mère fervente catholique, l’imprégna de cette anecdote durant toute son enfance. Elle voulut s’identifier à Adélaïde pour montrer ce qu’était l’amour et la fidélité à la mémoire d’un homme. Son père mourut à trente-six ans des suites d’une erreur médicale, laissant son épouse dans la même situation que la veuve du général.

JEUNESSE DE BERNARD

Bernard Nilles était l’aîné d’une fratrie de trois enfants avec une sœur et un frère. Il fit ses études secondaires dans un lycée de Thionville, puis passa deux années d’études supérieures à Grenoble et enfin à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Brest d’où il sortit ingénieur. Il épousa une jeune étudiante en lettres classiques spécialité « histoire ». Puis il fit son service militaire à Trêves, comme jeune officier dans une des plus belles villes d’Allemagne fondée par les romains en l’an 16 avant J.C. sous l’empereur Auguste. Après avoir accompli ses obligations militaires, le couple s’installa à Meudon, en région parisienne. Ils eurent trois enfants, deux filles et un garçon.

LA CARRIÈRE DE BERNARD

Il débute sa carrière professionnelle en entrant à la division Télécommunications de Thomson-CSF, devenue beaucoup plus tard, Thalès. Il restera dans cette entreprise cinq années avant de démarrer une activité de consultant en management auprès des grandes entreprises. Il fut engagé par de grands cabinets internationaux de conseil en management, tels-que PA conseiller de direction, Booz-Allen Hamilton, Diebold et Ouroumoff et associés, où il exerça ses compétences.

Il sera nommé président de la société Roger Millot, filiale d’Ouroumoff et associés, spécialisée dans le domaine de la communication, de la qualité totale et du management participatif. Il siégea au conseil d’administration de l’AFCERQ (association française des cercles de qualité) comme membre fondateur. En 2009, il démarra une activité d’écrivain après avoir arrêté ses activités de conseil en management auprès des entreprises.